Étiquettes

, , ,

chute du dollar

« Comme je l’ai écrit, les informations ont été saturées avec l’histoire des otages impliquant éventuellement des militants islamiques à Sydney, en Australie. Comme beaucoup, je suis préoccupé par les conséquences d’une telle onde de choc qu’un tel événement va générer dans nos structures sociopolitiques. Cependant, alors que la plupart du monde a été distrait par l’issue de cette crise (bonne ou mauvaise) pendant au moins une semaine, je pense qu’il y a une autre situation beaucoup plus importante et dangereuse.

Prêt de 40 personnes peuvent être détenues par un extrémiste supposé, à Sydney, mais le monde entier est actuellement retenu en otage économiquement parlant, par des banques internationales. C’est la crise actuelle dominante, qui a nécessairement besoin d’être analyser de façon alternative.

Comme je l’avais prédit le mois dernier, « Nous venons d’assister au « dernier rebondissement » de l’économie mondiale, » à la forte volatilité maintenue dans les marchés mondiaux, après une chute d’avant-garde de 10 % des actions en Octobre en prémisse de ce qui était à venir.

Nous nous attendions à cette déstabilisation après la recapitalisation des liquidités de la Fed, et des marchés qui ne nous ont pas déçu jusqu’ici. Ma position a toujours été que la liquidité d’un QE3 ne pouvait que maintenir l’illusion en ce sens d’une santé économique manipulée – à moins, bien sûr, que la Réserve fédérale puisse mettre en œuvre de nouvelle injection de liquidités en préparation d’une nouvelle catastrophe financière. C’est-à-dire que les banquiers centraux ont construit le mensonge sur la capacité de reprise par la fiscalité américaine, et se sont ensuite éloigné de ce soutient en prévision de ce qu’ils prévoyaient. Si les marchés devaient s’effondrer tout le stimulus serait officiellement actif (c’est à dire tous les leviers utiliser pour maintenir l’illusion), mettant stratégiquement les banquiers avec la corde au cou. Ce qu’on ne souhaite pas si tant est que cela puisse arriver ?

Cela ne veut pas dire que les banques centrales individuelles et même des devises ne sont pas fiable dans le grand ordre des choses. En fait, l’objectif à long terme de la mondialisation, a été de consolider tous les systèmes monétaires et les banques centrales sous le contrôle extérieur du Fond Monétaire International et la Banque Mondiale, comme je l’ai souligné dans « explication sur le Endgame économique. »

Cet article particulier n’était qu’un résumé d’une tendance dangereuse, sur lequel j’ai été préoccupé pendant des années; à savoir la stratégie des financiers internationaux pour créer un scénario ou la chute du dollar serait imputée a des boucs émissaires déjà déterminés à l’avance. Je n’ai aucune idée de ce que feront ces boucs émissaires – si tant est qu’il y ait de trop nombreux déclencheurs possibles pour un désastre fiscal. Ce que je sais, cependant, c’est le but final: supprimer le statut de réserve mondiale du dollar et  faire pression sur le peuple américain afin de le soumettre ou même le pousser à solliciter l’administration centralisée de notre économie par le FMI.

L’illusion perpétuée dans le courant dominant est que le FMI serait en réalité une institution dominée par les USA. J’ai souligné à maintes reprises pourquoi c’est une erreur. Le FMI comme toutes les banques centrales est dominé par le cartel de la banque et de la finance internationale. Les banques centrales sont des organisations mondialistes pour une mise en avant, et je me souviens souvent de la citation de l’initié élitiste Carroll Quigley, qui, quand j’entends des gens qui suggèrent que les banques centrales sont en quelque sorte indépendantes les unes des autres ou que la Réserve fédérale est la « source singulière de maux économiques du monde, disait :

Il ne faut pas sous estimer le fait que les chefs des principales banques centrales du monde entier, ne soient pas détentrices de pouvoirs substantiels sur la finance mondiale. En réalité ils n’en ont pas. Ce sont plus des techniciens et des agents de banquiers dominants placés dans leur propre pays, propulser au plus haut, tout en sachant qu’ils peuvent être éliminer tout aussi vite.

Les commandes des fonds mondiaux étaient dans les mains de ces banquiers d’investissement (également appelé les banquiers ou «internationaux» «marchands») qui sont restés en grande partie dans les coulisses de leurs propres banques privées non constituées en société. C’est alors formé un système de coopération internationale et de domination nationale qui s’est retrouvé entre les mains du privé, plus puissantes et plus secrètes que celles de leurs agents dans les banques centrales.
Personne ne peut maintenant s’opposer à cette réalité après avoir constaté des faits tangibles que Goldman Sachs dicte la politique de la Réserve fédérale, comme indiqué ici .

Et, plus récemment, nous savons maintenant que les banquiers internationaux contrôlent les législations politiques, et que le Congrès a adopté avec peu de résistance un projet de loi qui nie les restrictions Frank-Dodd sur les produits dérivés et place les contribuables américains et les détenteurs de comptes sur la balance pour plus de $ 303000000000000 en titres de créances toxiques. Le projet de loi est, à toutes fins utiles, un «bail-in » mesuré dans le déguisement. Et il a été poussé à travers l’influence directe du PDG Jamie Dimon de JPMorgan Chase.

La Réserve fédérale, le gouvernement américain et le dollar sont aussi durables aux élites que tout autre appendice économique ou politique. Et il peut être remplacé à volonté avec encore une autre structure illusoire si cela favorise leurs objectifs de centralisation totale. Cela a été fait pendant des siècles, et je ne vois pas pourquoi quelqu’un serait supposer changer les règles du mondialistes, leur tactique étant maintenant de préserver le système « dollar ». Ils appellent cela le «Nouvel Ordre Mondial», mais c’est vraiment le même ordre monétaire du vieux monde dans le chaos qui a toujours été exploité. Tapez l’ancienne / nouvelle vision du monde du FMI.

Alors que l’univers des investissements a été hypnotisé par la détérioration du rouble et du pétrole russes, le FMI en a profité pour glisser un autre objet.

Dans les articles de la dernière année, j’ai averti que le plan visait à détrôner le dollar et le remplacer par un régime spécial de droits de tirage panier en devises qui serait accéléré, après qu’il soit devenu clair que le Congrès américain refuserait de passer les réformes du FMI de 2010 proclamant « l’inclusivité » (intégration) pour les économies en voie de développement, y compris les nations BRICS. Le dernier projet de loi des budgets a retiré toutes mentions de réformes du FMI. Le FMI, par sa présidente Christine Lagarde, a insisté sur le fait que si les États-Unis n’approuvaient pas sa part des réformes, le FMI serait obligé de poursuivre un scénario «Plan B». Les détails sur ce « plan B » n’ont pas été divulgué, jusqu’à maintenant.

Le Financial Times a rapporté que le FMI s’éloignait des Etats-Unis en affirmant son pouvoir de retirer le droit de veto Américain au sein de l’institution, ce dont ils avaient toujours joui dans l’institution. Cette action est un avertissement brutal aux têtes dirigeantes et à ceux qui croient que les États-Unis sont dans une situation économique dangereuse pour le monde, et que le FMI n’est pas une extension de la politique internationale américaine. En tout état de cause, le FMI comme les Etats-Unis sont des extensions des pouvoirs bancaires internationaux, tout comme les BRICS sont ni plus ni moins que des marionnettes pour la même oligarchie financière égoïste qui réclame le même paradigme qu’un FMI contrôlé, que Vladimir Poutine avait ouvertement admis:

« Dans le cas BRICS nous voyons un ensemble d’intérêts stratégiques qui coïncident. Tout d’abord, c’est la volonté commune de réformer le système monétaire et financier international. Dans la forme actuelle, il est injuste pour les BRICS et les nouvelles économies émergentes en général . Nous devrions prendre une part plus active dans le FMI et la gestion de la Banque mondiale. Le système monétaire international lui-même dépend beaucoup trop du dollar américain, ou, pour être plus précis, sur la politique monétaire et financière des autorités américaines. Les pays BRICS veulent changer ça …  »
Et bien sûr, les Chinois ont prononcé leur fidélité au concept de monnaie mondiale du FMI:

La crise économique mondiale montre les « vulnérabilités inhérentes et des risques systémiques dans le système monétaire international actuel », a déclaré le gouverneur Zhou Xiaochuan dans un discours publié lundi par la banque. Il a recommandé la création d’une monnaie constitué d’un panier de devises mondiales et contrôlées par le Fonds monétaire international et a déclaré qu’il aiderait « à atteindre l’objectif de préservation de la stabilité économique et financière mondiale. »
Les BRICS ne sont pas les seuls pays exigeant des États-Unis de perdre son «influence» supposée sur le FMI. L’Allemagne, le pilier économique de la zone de Euro, a appelé l’Amérique à renoncer a son pouvoir de veto restitué en 2010, tout comme la mesure des réformes qui avait été annoncée.

La décision du FMI d’éliminer éventuellement le droit de veto des États-Unis et, par conséquent, l’influence américaine sur les décisions du FMI, peut venir dès le premier trimestre de l’année prochaine. C’est la grande « réinitialisation économique» dont C. Lagarde à fait la promotion ad nauseam dans plusieurs interviews et des discours au cours des six derniers mois. Toutes ces mesures aboutissent à ce que je crois que ce sera une annonce plus officielle d’une déclassification du dollar américain comme monnaie de réserve mondiale.

Avec la perte imminente du droit de veto, j’en ai également parler sur les préoccupations de la conférence de DTS à venir en 2015. Cette conférence a lieu seulement une fois tous les cinq ans. Je soupçonne que le FMI prévoit d’annoncer l’introduction du yuan chinois dans le panier du DTS, et que cela coïnciderait avec une décharge du dollar constant autour du globe. Plusieurs grandes économies ont déjà abandonné le dollar dans le commerce bilatéral avec la Chine, ça a provoqué des tensions entre les Etats-Unis et l’Est, qui ont exacerbé le problème (géopolitiquement parlant).

La date de la conférence de DTS a été annoncé, et la réunion semble avoir été fixée pour Octobre 2015. Fait intéressant, cet article lié de Bloomberg note que la Chine peut faire un « effet important lors de son introduction dans le DTS et dans « le statut de réserve » officielle l’année prochaine , mais avertit que les Etats-Unis « peuvent utiliser leur droit de veto » pour bloquer l’adhésion de la Chine. Je dois rire de l’absurdité de tout cela, car il y a beaucoup de gens dans le monde dans l’analyse économique qui croient encore que le développements de la mondialisation, et que la dérive financière sont des éléments très « aléatoires. » Je suppose que si tout est aléatoire, il est une coïncidence assez accommodante que les États-Unis se retrouve  sur le point de perdre leur veto au sein du FMI juste avant qu’ils soient sur ​​le point d’interférer sur l’acceptation des BRICS dans le giron du DTS et ainsi risquer de supplanter le dollar.

C’est ça, mesdames et messieurs ; c’est la fin de la partie qui ce produit juste devant vos yeux. L’année 2014 est la nouvelle 2007, avec tout le potentiel négatif, mais 100 fois plus explosif avant d’entrer dans 2015. Notre nation a croupi dans une dégradation lente des conditions financières pour des années, cachées par des statistiques économiques fausses et des cours boursiers manipulés. Tout cela a été un prélude à un événement beaucoup plus frénétique et choquant. Je crois que nous allons voir la suite du chaos du marché à partir de maintenant, avec une tendance à la baisse abrupte mélangé avec de brefs mais insuffisants rebonds. Je m’attends à une grêle de crises géopolitiques plus importantes dans la prochaine année pour tenter de couvrir la volonté d’un abandon du dollar.

En fin de compte, la mort du dollar sera salué dans le courant comme une «bonne chose et nécessaire. » Ils vont l’appeler le «karma. » Ils vont l’appeler le «progrès». Ils vont même l’appeler la «décentralisation» et un succès pour le marché libre. Mais il ne se sentira pas comme un développement positif pour le peuple américain, qui va souffrir grandement de la perte d’influence du dollar, pour ne pas dire son effondrement. Seuls les altruistes dans les fondements du système bancaire parallèle comprendront que tout cela est une mascarade destinée à cacher la centralisation complète de la gouvernance économique souveraine entre les mains des mondialistes, avec l’aide du FMI et de la BRI comme «héros fiscaux, » pour sauver le monde d’une destruction économique, que les élites ont secrètement créé.

Source: ZeroHedge

Traduction Bobbafett84 pour lesmoutonsenrages

Advertisements