Mots-clefs

, , ,

English version below

Le directeur de l’institut des problèmes liés à la globalisation et conseiller d’état Mikhail Delyagin a révélé dans une interview à la radio Pravda que l’Ukraine préparait une provocation à grande échelle à l’encontre de la Russie.

Chelyshev :

– Bonjour Mikhail Gennadievich, allons nous discuter du discours du président Poutine ?

Delyagin :

– Le discours du président Poutine à l’Assemblée fédérale est extrêmement important. Et bien sûr, il serait nécessaire d’en discuter de manière prioritaire. De plus, il nous a donné de nouvelles perspectives. Après la gestion du rattachement de la Crimée j’ai un grand respect pour le président.

J’ai eu différentes appréciations sur sa politique, mais après la Crimée je n’ai plus de doutes. Mais malheureusement, comme le secrétaire à la défense américain l’a dit : « il y a des choses plus importantes dans le monde. » J’espère que vous avez écouté ce discours, vous pouvez toujours le lire et écouter les commentaires des experts. Je veux plutôt vous parler d’informations exceptionnelles, malheureusement. Elles sont d’un caractère extrêmement préoccupant et nous menacent tous directement.

Chelyshev:

– Quel genre d’informations ?

Delyagin:

– Elles concernent la géopolitique. Pourquoi la crise ukrainienne est survenue, quelle en est la raison fondamentale ? Pourquoi les américains se sont-ils autant impliqués ? Les européens ont suivi à cause des actifs, comme les allemands en 1941, afin d’acquérir davantage de territoires, d’usines, d’installations énergétiques, des ports et des mines. Les américains se sont engagés dans cette confrontation car dans le monde d’aujourd’hui il y a trois acteurs majeurs : les USA, la Chine, et l’Union Européenne. Mais l’UE est un acteur indépendant et un égal des USA et de la Chine seulement dans le cas où elle coopère avec la Russie. Il ne s’agit pas d’une intégration, bien sûr, mais seulement d’un partenariat économique et stratégique. La destruction de la coopération entre l’UE et la Russie a permis d’éliminer un acteur indépendant de la compétition pour le leadership mondial. Les américains ne se sont pas lancés dans cette aventure pour conquérir la Russie. Malgré tout mon patriotisme, 2% du pib mondial, cela ne fait pas de la Russie un acteur majeur de l’économie mondiale.

Les grandes puissances sont constituées de trois acteurs dans la compétition globale, si vous éliminez l’Union Européenne, il n’en reste que deux. L’Union Européenne n’existera plus en tant qu’acteur mondial. Il s’agissait de l’objectif stratégique des états-unis, et nous également, comme les européens l’ont réalisé.

Nous l’avons également compris mais nous étions focalisés sur des problèmes locaux : comment apaiser Yanoukovitch. Comment aurions nous pu lui expliquer qu’il aurait dû accepter notre argent pour le donner aux européens ?

Les américains ont obtenu un succès éclatant. Nous sommes maintenant dans une nouvelle guerre froide. L’Ukraine est plongée dans la guerre civile. Les pourparlers sur le cessez-le-feu n’effacent pas les exactions, et des civils pacifiques sont tués tous les jours. Et le problème n’est toujours pas résolu. En dépit du fait que la fédération de Russie n’ait pas envahi l’Ukraine, n’est pas impliquée dans la guerre, en dépit de l’agressivité de l’Union Européenne, cette dernière ne souhaite pas se quereller avec la Russie. Son état d’esprit est le suivant : les russes ont peut-être raison ou tort, mais ils sont une nation importante et nous avons besoin de ce débouché. S’ils ont tort, nous ferons confiance à nos leaders politiques, continuons à commercer avec eux en prenant de la distance. Mais pourquoi détruire nos relations commerciales ? L’Europe souffre de nombreux maux, elle souffre également de notre pauvreté. Si seulement 40 de nos touristes arrêtent de voyager en Europe ce sera une saignée très sévère à l’industrie du tourisme européenne. Ils penseront qu’il s’agit d’une conséquence de leurs sanctions économiques et non le résultat de notre stupidité. Il y a une très forte disposition à restaurer les relations économiques avec la Russie, peu importe que cette dernière ait tort ou raison.

C’est ce qui s’est passé à Milan récemment. Notre délégation d’hommes d’affaires, après des négociations difficiles et pas très fructueuses, cherchait un restaurant authentique, où les italiens mangent tous les jours. Ils l’ont trouvé et ont pénétré à l’intérieur. Il y a eu un moment de silence car tous les nouveaux arrivants étaient en costume. Qui étaient-ils ? Il s’agissait d’un restaurant de quartier. Le personnel de la délégation avait décidé de se détendre, demandant si par hasard il y avait de la vodka russe. On leur a demandé : vous êtes probablement russes ? Oui, nous sommes russes. Chuchotements. La vodka est apparue. Après cinq minutes de chuchotements, les clients italiens se sont levés et ont applaudi. Puis ils ont crié : « Poutine ! Russie ! » Cela a duré environ cinq minutes.Puis chacun est retourné à ses affaires, pour ne pas déranger les hommes d’affaire russes. Cela aurait été inimaginable une année ou deux auparavant. Les gens ont le sentiment en Europe que leurs dirigeants les ont vendu aux américains. Cela n’était jamais arrivé auparavant. Enfin presque. Peut-être dans les années 50.

La démocratie, même pervertie, est encore préservée, et cette pression populaire se fait ressentir sur le pouvoir. Et le projet américain de séparer la Russie de l’Europe, n’est pas encore réalisé. L’Europe ne veut pas du gaz de schiste américain, plus cher et instable. Elle préfère les gazoducs russes. L’Europe ne veut pas abandonner le marché russe pour y écouler ses voitures et son vin. Elle ne souhaite pas détruire ses relations commerciales. Le coup monté du Boeing malaisien a échoué, rien n’en est sorti de compromettant pour la Russie. Maintenant les anglais affirment pouvoir démontrer que les impacts sur les fragments du Boeing correspondent à des impacts de missile Buk. Mais personne ne croit plus ces affirmations. Car tout le monde se souvient comment l’hystérie anti-russe s’est calmée lorsque le gouvernement de Russie a commencé à poser des questions sur cette affaire. Cela s’est arrêté immédiatement. Et c’était une réponse sur les véritables responsables de la destruction du Boeing.

La suite va venir. Il y aura une autre provocation. Et quelle pourra t-elle être ? Nous avons certaines informations à ce sujet. La première information vient de Kharkov. Et je n’étais pas très incliné à la prendre au sérieux parce que l’Ukraine est engagée dans un phénomène de psychose de masse et est saturée de rumeurs. Mais une confirmation est venue directement. J’espère vraiment qu’il s’agit d’un fake, de propagande. Mais vous savez, mieux vaut prévenir que guérir. L’information serait que l’armée ukrainienne va lancer une offensive. Ils n’en ont cependant pas les capacités et le niveau de démoralisation est monstrueux. Cependant, ils prétendent attaquer. Les soldats opérationnels préparent un pilonnage d’artillerie massif.

Tous les médias occidentaux, sans mentionner les médias ukrainiens, parlent à l’unisson de la libération de 300 m2 de l’aéroport de Donetsk, par exemple. Après cela, une arme nucléaire tactique explosera dans la zone de l’offensive de l’armée ukrainienne. Tout le monde condamnerait donc l’usage d’une arme nucléaire par les horribles russes. Les discussions sur la réorientation de notre doctrine militaire tournent autour de ce point. L’intelligentsia libérale pousse déjà des hurlements à ce sujet. Une telle accusation sera extrêmement difficile à démentir. Même si notre armée n’est pas capable d’un tel acte, même théoriquement. Pourtant cela semblerait tout à fait plausible pour les américains car tous les cas d’usage d’armes nucléaires dans l’histoire sont de leur fait. Utiliser une arme nucléaire pour la troisième fois ne leur poserait pas de problème.

Il y a des rapports sur le formidable port estonien de Padiski, un ancien état balte, qui est maintenant un grand entrepôt de déchets radioactifs pour toute l’Estonie et même probablement pour d’autres états. Du vieux matériel médical de radiographie et d’autres choses du même genre. Et là, l’OTAN a fait accoster un cargo radioactif, mais il ne s’agit pas de matériel usagé destiné à la poubelle. Les déchets radioactifs sont juste utilisés comme couverture. Il y a également quelques autres histoires étranges. Par exemple, des experts de compagnies militaires privées sont arrivés au début du conflit. Un de ces experts (son nom est connu) a été placé en isolement à cause des radiations. Apparemment il en serait mort. L’histoire à propos du père des armes chimiques est un peu différente mais l’homme qui créa les armes chimiques sous Saddam Hussein vint aux négociations avec des représentants de l’Union Européenne à Kiev et il fut assassiné. Comment les démocraties y prêteraient-elles attention ? Mais ce genre d’incident est très troublant.

Le schéma est le suivant : comme nous avons été incapables de convaincre quiconque que le Boeing malaisien a été détruit par les animaux russes nous allons expliquer aux gens que les barbares russes ont utilisé une arme nucléaire contre l’armée ukrainienne sans défense.

la suite sur : http://lesmoutonsenrages.fr/2014/12/17/exclusif-y-a-t-il-un-false-flag-nucleaire-contre-la-russie-en-preparation/#more-74525

Russia’s State Advisor, Director of The Institute of Problems of Globalization, Doctor of Economics, author Mikhail Delyagin tells Anton Chelyshev on Komsomolskaya Pravda radio that Ukraine is preparing a new large-scale anti-Russian provocation. Below is the excerpt from a 40-minute interview, published on December 11, 2014/

The rest of the Russian text of the interview can be found on Delyagin’s personal website Delyagin.ru.

Chelyshev:

– Hello, Mikhail Gennadievich. Are we going to discuss President Putin’s adress?

Delyagin:

– The address of  President Vladimir Putin to the Federal Assembly is extremely important. And, of course, it would be necessary to discuss it in the first place. Moreover, it gives us some quite certain distinct new perspectives. After Crimea I have great respect for the President. I had different stages of my assessment of the President, but after Crimea I have no doubts. But, unfortunately, as American Secretary of Defense once said -« there are more important things in the world ». Today, I hope you listened to this address and you can always read, listen to the experts. I want to talk about things and information of a unique character, unfortunately. It is of a pretty nasty character and threatens us all very much.

Chelyshev:

– What kind of information?

Delyagin:

– It is connected with geopolitics. Why did Ukrainian crisis happen, what is the fundamental reason? Why did Americans get into it so deep? The Europeans got there because of the assets, as the Germans in 1941 – to take more land, factories, power lines and other existing businesses – ports, mines. The Americans got in because in the world objectively, there are three global players: the US, China and the EU. But the European Union is independent and a player equal to America and China only in case of cooperation with Russia. Not integration, of course, but at least close and tight relationship. The destruction of EU cooperation with Russia eliminates it as an independent participant in global competition, which is what we see now. The Americans did not get into this to get Russia. With all my patriotism, 2.5 percent of global GDP at market prices, up to 3 %, almost 4 percent of global GDP in purchasing power parity, it is not something that plays a global role. The global role is affected when instead of three actors in the global competition, if you tear the European Union and Russia, only two will remain. The EU will be  no more. And this was the strategic objective of the Americans, which, unfortunately, neither we nor the Europeans realized. We possibly realized, but we were focused on a local task – how to appease Yanukovych. How could we explain to him that he should take money from us, than give it to the Europeans.

As a result, Americans have achieved outstanding success. We are in a real cold war. Ukraine is in a hot civil war. The talk about some sort of a ceasefire… let’s not bring out the horrible details, but peaceful civilians are killed every day. But the problem isn’t solved. Because despite the fact that the Russian Federation did not invade Ukraine, did not get involved in the war, despite the fact that we turned ourselves into a trash can for spitting, despite the aggressiveness of the European Union, the European Union has very strong sentiments in favor of not quarreling with the Russians. The mood is the following: the Russians may be right or wrong, but they are big, and we need to trade with someone. It is cool to trade with them. If they are wrong, well, we will believe our political bosses, let us trade with them from a distance. Why break up the relationship. But Europe suffers from many ailments. It suffers from our poverty too. Because if only 40% of our tourists now travel to Europe from a year ago, this is a very severe blow to many tourist economies of Europe. And they think it’s a result of their sanctions, and not a result of our stupidity. And there is a very strong mood to restore relations with Russia, whether we’re right or wrong.

Here is what happened in Milan recently. Our delegation of businessmen in suits and ties, after difficult negotiations, not very successful, were looking for an authentic restaurant. Where local Italians eat. Found this restaurant, went inside. There is a sudden moment of silence, because the guys are in suits. Who are they? This is a local neighborhood restaurant. The guys decided to relax, asked if there is any Russian vodka by chance? They were  asked: you are probably Russians? Well, Yes, we are Russians. Whispers. Vodka comes out on the house. But that’s not the point. After the whispers subsided in about five minutes the locals stood up and applauded. And chanted: « Putin! Russia! » This lasted for about five minutes. Then everyone went about their business, not to bother the Russians. But this would be unimaginable even a year ago. Or two years ago. People in Europe feel that their rulers have sold them to the Americans. What has never happened before. Well, almost never. In the 1950’s, maybe it did.

Because democracy, albeit perverted, is still preserved, this pressure seeps upward. And the task of the Americans – to finally rip Russia from Europe – is not solved. Europe does not want to switch to the American shale gas – it is more expensive and it is unstable. Europe likes Russian pipeline gas. Europe does not want to abandon Russia as a market for selling cars and wine. It doesn’t want to destroy the relationship. The brilliant affair with the Malaysian Boeing failed. Nothing came of it. Now the British can demonstrate after some time the replaced fragments of the Boeing with fragments of Buk with a factory number stuck in them. But no one will believe this anymore. Because everyone remembers how the anti-Russian hysteria had stopped, as soon as the Russian General staff began to ask questions. It just halted all of a sudden. And this was the answer to who shot down the Boeing in reality.

The sequel is coming. there will be another provocation. And what will the next provocation be? We got some information. Moreover, first the information came from former Novorossia, from Kharkov. And this information I was not very inclined to trust, because Ukraine is embraced in a mass psychosis, and it’s saturated with rumors. But then came an indirect confirmation of this information from the West. I really hope that it’s a fake. I really hope that this is hostile propaganda. But you know, better be safe than sorry. The point is: Ukrainian army goes on the offensive. Yes, it doesn’t have the strength for the offensive and the level of demoralization is monstrous. Therefore it pretends to attack. Valiant soldiers carry out a massive artillery preparation. And all the Western media, not to mention Ukrainian, shout in unison about the liberation of another 300 square meters of Donetsk airport, for example. After that a tactical nuclear warhead explodes in the zone of the offensive of the Ukrainian army. Then everyone shouts that the monstrous Russia used nuclear weapons. Conversations about changing our military doctrine are moving in that direction. The liberal intelligentsia is already hysterically screaming about it. This is that which will be extremely difficult to clean up from. That which our military is not capable of, in principle, even theoretically. And that which is quite normal for the Americans, because both times of the use of nuclear weapons in the history of mankind it was them. To use it the third time is not so difficult.

Moreover, there were reports about wonderful Estonian port Paldiski – former Baltic, there is now a large warehouse of radioactive waste from all over Estonia, may be even from across the Baltic States. Spent x-ray medical devices and so on. And there NATO, U.S. military reportedly delivered some cargo, which also radiates, but in no case is it a waste to be disposed of. Just that the stock of radioactive waste is used as a disguise for the background. Similarly, there are a few other strange stories. For example, there have been some experts from the private military companies in the beginning of the conflict. And the man (his name and last name are known) was placed in the deepest quarantine due to radiation sickness. Apparently, he died there. Former father of chemical weapons is a bit of a different story, but under Saddam Hussein, the man who created chemical weapons, went to negotiations with representatives of the European Union in the center of Kiev, and there in the center of Kiev he was assassinated. Democracy, who would pay attention? But such episodes are very disturbing. Now the scheme is as follows. Unable to explain to anyone that Malaysian Boeing was hit by damned Russian animals, damned Russian barbarians. So we will explain to everyone that the damned Russian barbarians had used nuclear weapons against defenseless Ukrainian army.

More here: http://fortruss.blogspot.fr/2014/12/is-ukraine-preparing-for-nuclear-false.html

Publicités