Étiquettes

Avez-vous déjà tenté d’aborder un colosse schizophrène en pleine crise dans l’étroitesse d’un passage inévitable, d’un pont par exemple, pour le convaincre de ne pas vous passer par dessus bord , de vous éborgner ou de vous envoyer à la morgue ou au mieux à l’hôpital? Comment trouver le mot juste, l’attitude requise, sur quelle ressource intérieure s’assoit-on pour enclaver la souffrance qu’engendre des antagonismes vociférants au sein d’un même sujet? A nos risques et périls, ce sujet est le monde fracturé en son centre et l’individu en périphérie possèdent bien peu d’outils pour comprendre qu’il est largué, livré à la nécessité immédiate de l’intérêt de chapelle, de clan, de groupe, influence qu’on ne qualifiera jamais assez d’anthropologique mais qui teinte de façon impitoyable notre regard sur la réalité et sur l’Autre.
Sur ce pont, la fuite est toujours possible et l’héroïsme forcément coûteux pour nos certitudes.
Colmater les irréconciliables, observer les points de vues, déjouer le jeu de miroir incessant qu’offre cette société du spectacle entre la gauche et la droite, l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud , métaphysique et matérialisme pour cerner le réel de plus près, c’est ce que fait avec talent ces intervenants récents dans l’Histoire contemporaine que sont parfois les blogueurs et les médias alternatifs numériques.
Dans cette aventure, ce site veux amener une voix de plus contre la tentative de guerre de tous contre tous, dusse t-elle être provoquée par cette élite sous laquelle une part grandissante de gens, peu importe l’origine, en ressentent et subissent radicalement l’agenda en voyant son humanité rétrécir jusqu’à l’asphyxie.
De même que la méconnaissance mène à la névrose, de même qu’il faut s’efforcer de tout voir dans les limites testables de notre possible, animé d’une soif de vérité, ce mot dangereux, cette valeur galvaudée quand elle a le malheur de stagner, pour mieux reprendre sa place en dehors de la formidable hypnose qu’exerce la fuite vers l’avant avec ses mécanismes de mort. Car de l’autre coté de ce minotaure fou, ne prenons-nous pas simplement le risque de se re-connaitre?

Aussi superposerons nous avec ses risques assumés, produits de la pensée, informations et témoignages moins pour interpréter les faits que s’y soumettre ne serais-ce que pour calibrer le geste de la conscience en action. Et parce que le combat pour une information juste est toujours à refaire.

Bienvenue sur Under the gray line

***

While on a narrow sidewalk of a bridge, have you ever tried to convince a schizophrenic giant not to gouge your eyes out and send you to the hospital? Or better yet, have you ever had to persuade a psychotic ogre not to throw you overboard and send you to the morgue? How do you come up with the appropriate words and the required attitude to convince him otherwise? On which inner force must you rely on to isolate the suffering brought on by a vociferous antagonism towards a fractured world that has purposely abandoned its individuals in incommunicability? We are left to ourselves and our inherent need of joining a church, a clan, or a group. Though its anthropological nature can never be denied, its influence has ruthlessly stained our interpretation of reality and of the “others”. On that bridge, escaping is always possible but reasserting our convictions can end up costing us more than we can afford.
Mending the incompatible, reconciling metaphysics and materialism in order to have a better grasp on reality, observing the different points of view, thwarting the incessant illusions of left wing-right wing theatrics, East and West, North and South, this is how talented bloggers and alternative medias are contributing to contemporary history. In its endeavour, this site will bring about one more voice to denounce an attempt by the elite to impose their agenda of war upon us and against ourselves. The outcome is a growing number of people witnessing their humanity diminished to the point of being asphyxiated.
As ignorance leads to neurosis, we must maintain the drive to seek the “truth”, that dangerous word and its spoiled value when it stagnates. Through a sustained effort to see everything within the limits of what is humanly possible to investigate, we can allow reality to regain its rightful place outside of the generalized hypnosis and its mechanisms of death. For if we take on this Minotaur of madness, do we not simply risk to come to know ourselves once again?
Testimonies, thoughts, and information will be superimposed unto the underlying risks. This will not be done to interpret the facts but rather to calibrate the act of putting consciousness into action.

The struggle to maintain accurate information is relentless.

Welcome to Under the Grey Line.

par/ by Karma 3
traduction: F.M Boisvert

Publicités